Une bulle de savon maintenue au gré du vent, comme dans les relations humaines

Relations humaines, choix de vie, éducation, ce sont des thèmes que j’ai énormément abordés pendant ces douze derniers mois dans mes chroniques publiées régulièrement sur ma page Facebook. Une chose que j’ai apprise lors de ces rédactions est que les relations humaines ne sont pas parfaites et sont en quelque sorte le socle de notre vie. Les choix de vie prennent d’ailleurs parfois en compte les relations humaines. Pendant que certains choisissent d’aller dans une direction donnée (études, emploi, voyages) à cause d’une personne qui compte énormément pour eux, d’autres perdent des personnes importantes de leur vie parce qu’ils ont fait des erreurs ou encore des choix qu’il ne fallait pas faire. Et à côté de tout cela, il existe des relations humaines qui n’ont pas tenu le coup, à cause de quiproquo, d’erreurs ou encore de mauvais choix du passé. Tout ce que je viens de citer résume une partie de notre vie à tous ; on se retrouve forcément quelque part sur l’échiquier lorsqu’on est honnête avec soi-même.

Comme je vous le disais, j’ai abordé un certain nombre de thèmes cette année, pas par pure fantaisie, mais parce qu’avec le temps, il y a des choses fondamentales que j’ai comprises et apprises. J’ai toujours voulu peindre des mots avec des images. Certaines de mes chroniques sont des vécus, d’autres sont juste le fruit de mes échanges avec des groupes d’amis ou encore le fruit d’une réflexion poussée à la sortie d’une salle de cinéma. J’ai la possibilité de créer une histoire en quelques minutes et d’en sortir une leçon de morale, parce que j’aime apprendre de la vie, j’aime découvrir et aller au-delà, j’aime tomber et me relever plus fort, plus prudent, plus sérieux. Et je n’ai fait que cela cette année, « apprendre de la vie ». J’ai fait des « conneries » comme tout le monde.

Nous les appellerons ici « des erreurs ».

J’ai également pris des décisions importantes qui changent et vont changer encore plus le court de ma vie dans les mois à venir. Vous savez, il arrive des moments dans la vie où on se retrouve à des carrefours de décisions et de choix.

Nous nommerons ces carrefours « des périodes charnières ».

J’ai également perdu des personnes qui me sont chères, des amis, des frères, des sœurs… J’ai également compris que l’hypocrisie a une grande place dans les relations humaines. J’apprécie énormément les amis qui me disent spontanément sans que je ne le demande, « Edem, fais attention à ce chemin que tu prends. Je t’ai écrit parce que je pense que tu devrais reconsidérer telle ou telle situation, ou parce que j’ai entendu telle ou telle chose sur ta personne, je voudrais qu’on en discute, etc. » Cela fait plaisir d’avoir des amis ou des relations humaines dans lesquelles on s’inquiète pour vous sans vous juger, des relations dans lesquelles vous serez prêts à dire, « c’est mon pote… c’est mon amie et je lui fais confiance. »

Alors oui, toutes ces petites expériences m’ont poussé à écrire sur les relations humaines, sur le fait que la déception amicale fait parfois beaucoup plus de mal que la déception amoureuse.

J’écris également sur les relations amoureuses depuis un moment, peut-être parce que je suis amoureux, ou peut-être parce que j’ai une personne dans ma vie qui m’inspire énormément, ou encore peut-être parce que j’ai des échanges avec des personnes mariées, et j’aimerais bien en parler à mon entourage ou mon public à travers de petites histoires imagées. Je fais généralement un lien entre les relations humaines et l’éducation. Je pense sincèrement que nous sommes le produit de notre éducation, et nous devenons de meilleures (ou mauvaises) personnes avec nos expériences. William Backus a écrit dans son livre Bien se connaître pour mieux vivre que nos convictions et notre éducation peuvent avoir une influence sur nos relations.

J’ajouterais que nos relations ont également un impact sur nos choix et notre vie. Plus nos relations humaines sont saines, mieux est notre vie.

C’est à nous de nous connaître pour mieux vivre, pour faire des choix plus judicieux, pour mûrir et grandir. Chacun est imparfait, et lorsqu’on perd un amant, une amante, ou encore des amis, on se rend finalement compte que les imperfections sont parfois d’une atroce banalité ; et qu’on aime finalement cette personne malgré ses imperfections, parce que c’est ce qui fait d’elle cette personne que l’on a aimé avoir dans sa vie à un moment donné.

J’aime bien les paroles de la chanson de Corneille, C’est notre année. Je trouve qu’elles sont assez expressives et peuvent permettre à tout un chacun de se motiver encore plus… à faire mieux. Ce sont d’ailleurs des paroles qu’il faut avoir en mémoire tous les jours, pas seulement en fin d’année.

Une relation humaine est comme une bulle de savon, qui peut disparaître lorsque le vent est trop fort. C’est à vous de maintenir la bulle dans sa forme initiale, à votre manière. Et à ceux qui n’y arrivent pas, il arrive des moments où les mots muets se fondent dans le sablier, il arrive des moments où il ne faut plus essayer de tourner la page, il faut tout simplement la tourner. On peut se faire de nouveaux amis, on peut avoir de nouvelles relations dans lesquelles, celle fois-ci, on ferait plus attention à certains détails, on chérirait plus les moments plaisants, on se sentirait meilleur qu’avant malgré ses défauts.

Votre vie peut ressembler à cette lumière parmi les arbres si vous accordez de l'importance aux relations humaines de votre vie.

Crédit photo : Edem Gbetoglo

 

N’oubliez pas de chérir vos souvenirs à chaque moment de votre vie, n’oubliez pas de méditer et de vous parler à vous-même, n’oubliez pas de vous faire confiance, oui, à vous ; et surtout n’oubliez pas que la vie a un début et une fin, l’important c’est ce que vous en faites.