Faisons Les Comptes est une campagne pour exiger du gouvernement togolais des comptes pour la CAN 2013

Je ne serai pas long, je ne ferai pas de longues phrases dithyrambiques, je n’en vois pas l’intérêt. Je vous livrerai juste mes contes pour que des comptes de la CAN 2013 soient faits avant la CAN 2017.

L’équipe togolaise de football s’est qualifiée pour  la CAN 2017 (remercions le ciel, je n’y croyais plus de toute façon, c’est le moment d’être honnête, valeur qui guide ma plume en ce jour). En 2013, je n’y croyais pas non plus, et pourtant l’équipe s’est envolée pour l’Afrique du Sud. Il a été imposé à la population togolaise une cotisation expresse bon gré mal gré pour une prise en charge des  footballeurs togolais. De la hausse des coûts de communication à la hausse du carburant (pour ne citer que ceux-là), le gouvernement a mis toutes les chances de son côté pour récolter les fonds.

En 2013, tout se résumait à une formule : « tu veux, tu ne veux pas, tu vas donner ».

Bon, nous avons donné, enfin, ils ont pris en fait, avec notre consentement si silencieux. Le peuple togolais ressemblait en ce moment à cette personne malade qui agonisait, mais dont même le silence n’était point audible dans les couloirs de l’hôpital.

En décembre 2016, les dirigeants votent un décret pour une mobilisation de fonds de financements pour l’équipe togolaise de football (once again), alors qu’après les déboires de 2013, aucun compte n’a été fait aux pauvres togolais qui se sont vus retirer leurs sous. Le footballeur est unificateur, dit-on. Ce sujet nous unit tous cette fois-ci (once again) pour défendre nos sous, enfin, le peu qui nous reste.

Mais à y voir de plus près, ce ne sont pas les sous le plus important. Ce que je voudrais dénoncer est plutôt ce manque de respect et de considération du gouvernement à l’égard de la population togolaise. Franchement, lorsque les parents te confient d’aller faire des courses, tu dois faire des comptes à ton retour, n’est-ce pas ? Je ne parle pas d’une obligation stricto sensu, je parle du bon sens et d’une bienséance éducative.

Chers membres du gouvernement, j’ai une idée pour vous qui se résume en quelques phrases, cela vaut ce que ça vaut :

Nous avons l’entreprise Wacem au Togo qui fait un excellent chiffre d’affaires, entreprise dont certains membres du gouvernement et personnalités togolaises sont actionnaires. En 2013, l’entreprise a réalisé 1,9 millions de tonnes de calcaire, d’une valeur d’environ 43 milliards de francs CFA, selon le rapport de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (Itie). Pardonnez, prenez l’argent là-bas et financez l’équipe togolaise de football pour la CAN 2017 (on sait que vous avez la possibilité de le faire si vous le voulez, on va pas se mentir en fin d’année, ou bien ?), mais de grâce, laissez tranquille la population togolaise et les maigres ressources dont elle dispose pour les fêtes de fin d’année et pour le début de l’année 2017.

Chers membres du gouvernement, le bon sens, l’équité et le respect, ce sont des mots qui devraient vous parler.

#FaisonsLesComptes

Can 2013 : #FaisonsLesComptes : Crédit : www.autogo.tg

Mais avant de prendre en compte ma proposition (en espérant que vous ayez lu mon billet jusqu’à la fin), #FaisonsLesComptes d’abord.

Bien cordialement.

Equipe de France contre l'Allemagne Euro 2016
schweinsteiger et Pogba à la fin du match France Allemagne

schweinsteiger et Pogba à la fin du match : europe1.fr

J’ai suivi avec attention la demi-finale de l’Euro 2016 entre les deux grandes nations européennes le 7 juillet dernier. Le jeu de l’équipe de France m’avait séduit, et pour la première fois depuis le début de la compétition, la France me semblait convaincante, vu sa victoire de deux buts à zéro (2-0), j’en ai donc tiré trois leçons qui peuvent être utiles à toute personne.

Avoir un objectif clair 

Nul besoin de vous rappeler que la France est la nation organisatrice de l’Euro 2016. Juste pour cela, l’équipe nationale française de football s’est donnée pour objectif de remporter cette coupe. Saviez-vous qu’en 1984 (je n’étais même pas programmé naître), la France avait soulevé la coupe d’Europe alors qu’elle était organisatrice ? Cette année, l’objectif est défini, elle veut dessiner le même schéma. Avoir un objectif est primordial dans tout projet, le process suit après.

description imagée de la détermination

Crédit image : fr.dreamstime.com

Avoir de la détermination et une stratégie

Pourquoi certains projets voient le jour, et d’autres meurent avant même que le soleil ne se couche ? Mettons de côté toute considération hasardeuse, sans stratégie et détermination, vous n’y arriverez pas. L’entraîneur de l’équipe de France, Didier deschamps a eu à réadapter sa stratégie de jeu après le match nul contre la Suisse. On a beau bien se préparer, il y aura probablement des choses qui ne marcheront pas. Il n’y a pas de stratégie toute faite, juste des stratégies décapotables.

La France est déterminée, elle veut aller loin, elle y est presque.

Décider de gagner

Il y a une grande différence entre se battre et décider de gagner. Pour prendre la décision de gagner, il faut avoir médité sur la question, mis les pions sur la table de jeu et avoir la foi en sa victoire. Le seul fait de décider vous permet d’entrevoir de loin la victoire, « ça y est, je peux l’avoir, je vais l’avoir, je l’ai », diriez-vous. L’équipe de France s’est mise dans la peau du gagnant, et elle continue son petit bonhomme de chemin vers le Saint Graal.

Equipe de France contre l'Allemagne Euro 2016

Equipe de France Euro 2016 : lequipe.fr

L’équipe de France est en partie composée de noirs, et alors ?

Je ne vais point me lancer dans ce débat stérile sur la couleur de peau ou l’origine des joueurs de l’équipe de France, je trouve cela dépassé bien que des séquelles existent toujours. Ils sont peut-être noirs ces français, mais ils nous montrent de fort belle manière qu’obtenir une chose que l’on désire ne se décrète pas.

Il ne s’agit pas de rester dans un coin et de prier Dieu d’insuffler de la positivité aux dirigeants ou aux coachs, il s’agit d’être soi-même positif, de se battre, de se préparer aux obstacles, de définir une stratégie « décapotable » (sait-on jamais) et de décider en son for intérieur de gagner et les batailles et la guerre.

Rien n’est acquis dans ce monde lorsque nous parlons de projets. Tirez des leçons utiles de toute situation aussi rocambolesque soit-elle au lieu de développer des inepties sur les réseaux sociaux. Retroussez les manches, tombez, relevez-vous et marquez vos coups de tête comme le fait l’équipe de France.

Cordialement.